Sélectionner une page

La prise en compte du pluriel en lecture

La prise en compte du pluriel en lecture au cp

Le fonctionnement du pluriel

Quand un enfant lit, il doit faire face et analyser un certain nombre de signes écrits dont ceux du pluriel. La caractéristique du pluriel est sa puissance à déteindre d’un mot sur un autre. Le pluriel du déterminant va contaminer l’adjectif et le nom qui suit dans un groupe nominal. Par exemple dans la phrase « les grands enfants. » l’article défini ‘les’ va imprégner sa marque du pluriel sur les autres mots qui s’accordent en genre et en nombre. Ce phénomène en grammaire se nomme la portée. Il nécessite de la part du lecteur d’enregistrer que l’idée véhiculée au sein de la phrase est au pluriel. C’est donc une information sémantique (qui joue sur le sens) que l’enfant devra garder en mémoire afin de colorer au pluriel tous les mots qu’il lira ensuite dans la phrase.

La sonorité du pluriel

Si l’on prend l’exemple suivant :

« Les murs des maisons sont blancs. »

Le premier terme ‘les’ s’oppose à l’article défini singulier ‘le’. La prononciation même de ‘les’ indique qu’il est au pluriel. La marque du ‘s’ à la final du mot apportant une information complémentaire. Le pluriel est donc sonorisé dans ce cas ‘le’ étant bien évidemment différent de ‘les’.

Le deuxième terme ‘murs’ s’oppose à sa version au singulier ‘le mur’. La lettre ‘s’ écrite en finale est muette lors de la lecture à haute voix. Toutefois, elle reste visible à l’écrit. L’enfant devra accepter de la voir sans la lire.

Le troisième terme ‘des’ fonctionne de la même manière que ‘les’.

Le quatrième terme ‘maisons’ reprend les attributs du mot ‘murs’. Toutefois, une difficulté supplémentaire arrive pour l’enfant du CP car le mot ‘maisons’ contient deux fois la lettre ‘s’ mais avec des valeurs sémantiques et sonores différentes. Cela est parfois difficile pour le jeune élève de comprendre que parfois la lettre ‘s’ se prononce [z] et que dans d’autres situations, elle reste muette tout en signifiant la pluralité.

Le cinquième terme ‘sont’ est le verbe ‘être‘ conjugué au présent de l’indicatif à la troisième personne du pluriel. De par sa forme graphique et sonore qui se différencie des ‘je suis, tu es, il est, nous sommes, vous êtes’, il représente le pluriel de manière visible. Les enfants se trompent rarement sur ce terme.

Enfin, le sixième mot ‘blancs’ possède les mêmes caractéristiques que le mot ‘murs’ excepté pour sa nature puisque ‘blancs’ est adjectif et ‘murs’ nom commun.

Le sens du pluriel

Si l’on reprend l’exemple suivant :

« Les murs des maisons sont blancs. »

L’ensemble de la phrase est au pluriel.

Le premier terme ‘les’ s’oppose à l’article défini singulier ‘le’ et apporte l’idée du pluriel.

Le deuxième terme ‘murs’ précise l’objet qui est au pluriel ‘les murs’.

Le troisième terme ‘des’ fonctionne de la même manière que ‘les’.

Le quatrième terme ‘maisons’ précise encore plus de quels murs l’on parle : ‘les murs des maisons’. Au moins deux maisons sont à visualiser dans son film intérieur pour l’enfant.

Le cinquième terme ‘sont’ est le verbe être conjugué au présent de l’indicatif à la troisième personne du pluriel qui va préciser un état : ‘les murs des maisons sont ?’

Enfin, le sixième mot ‘blancs’ solutionne la phrase en précisant la couleur de chacun des murs. C’est un adjectif.

Les marques du pluriel

Elles sont nombreuses mais les plus courantes en reprenant l’exemple ci-dessus est la présence de la lettre ‘s’ en finale pour les noms communs et la lettre ‘t’ en finale pour les verbes.

Les mots toujours écrits au pluriel

Un certain nombre de mots sont toujours écrits au pluriel de manière invariable. Les plus fréquents sont les suivants :

  • deux,
  • temps,
  • yeux,
  • trois,
  • voix,
  • vieux.

Il pourrait être intéressant que votre enfant les connaissent par coeur, ou tout au moins, sache les lire rapidement.