Sélectionner une page

L’ordinateur en classe de CP

L'ordinateur en classe de CP

Il entre dans les missions de l’école de former les élèves à l’utilisation de l’ordinateur. Comme nous le verrons, cet outil peut s’avérer un allié précieux dans l’apprentissage de la lecture pour un élève de CP.

De plus, la place croissante qu’il tend à occuper dans la société nous oblige à en analyser l’impact sur les élèves et à prendre en compte ses potentialités pour leurs apprentissages.

Voilà pourquoi la quatrième compétence du socle commun est la maitrise des Techniques Usuelles de l’Information et de la Communication (TUIC), autrement dit de l’ordinateur comme un outil usuel devenu nécessaire au futur citoyen.
Pour formaliser cela, tout au long de sa scolarité à l’école élémentaire (et donc dès le CP) l’élève devra acquérir les compétences du Brevet Informatique et Internet école (B2i école).

Évidemment, il ne s’agit nullement de former des informaticiens en herbe. D’ailleurs il n’y a pas d’enseignement de l’informatique en tant que tel à l’école. L’ordinateur n’y est envisagé à que comme un outil permettant de faire, par exemple, des recherches en géographie, de la géométrie, un travail en sciences ou, ce qui nous concerne davantage ici, lire et écrire.

Avant de nous attarder sur l’intérêt spécifique à l’apprentissage de la lecture, voyons d’abord pourquoi l’ordinateur peut être un formidable outil pédagogique. Cela tient à plusieurs raisons :

  • C’est un outil particulièrement attrayant : Les élèves ont envie de l’utiliser et, de ce fait, adhèrent plus facilement à l’activité qui leur est proposée.
  • C’est un outil qui rompt la relation duelle avec l’enseignant. Les regards convergent vers l’écran qui devient source d’échanges et de réflexion.
  • L’ordinateur est considéré par les élèves comme un tiers impartial. De ce fait, ses réponses ou corrections ne sont pas remises en question. L’élève a alors davantage tendance à essayer de rechercher la raison de son erreur plutôt qu’à abandonner, voire se rebeller en considérant qu’il est victime d’une injustice.
  • C’est un répétiteur inlassable. Pour peu que le logiciel utilisé soit pertinent (nous y reviendrons) l’ordinateur peut guider l’élève dans ses multiples essais sans s’impatienter et l’élève peut alors s’autoriser de multiples tentatives.
  • C’est un outils qui combine plusieurs médias (écrits, sons, images) ce qui, d’une part, rend les supports de cours plus attrayants, et d’autre part, permet de proposer des entrées différentes du traditionnel cours oral, ce qui répond aux besoins d’un plus grand nombre d’élèves.

Pour autant, cet outil n’a pas que des avantages :

  • S’il est comme nous l’avons vu un répétiteur inlassable, l’ordinateur n’a bien sûr aucune pertinence pédagogique et n’est absolument pas capable d’adapter, ni son discours ni ses explications, aux besoins spécifiques de chaque élève.
  • Il peut être la source d’une trop grand complexité de manipulation, empêchant alors l’élève d’accéder aux apprentissages initialement prévus par le maître.
  • Il peut être sujet à des pannes ou des dysfonctionnements.

Pour résumer, l’ordinateur peut donc être un outil très pertinent pour aider les élèves dans leurs apprentissages, à condition qu’il soit utilisé de façon ponctuelle et réfléchie. Il doit rester un outil que le maître ou les parents peuvent utiliser pour aider l’élève.
Nous verrons dans un prochain article en quoi l’ordinateur peut s’avérer pertinent pour l’apprentissage de la lecture.