Sélectionner une page
Ce site Internet a pour but d’informer les parents d’élèves qui sont en recherche de réponses sur l’apprentissage de la lecture. A ce titre, s’est tenue tout récemment à l’école normale supérieure de Lyon les 16 et 17 mars 2016 une conférence réunissant la plupart des grands experts étudiant l’apprentissage de la lecture ainsi que des représentants des professeurs et de la communauté éducative dont des parents.
Tout parent souhaite bien sûr donner à son enfant le goût de la lecture. Mais comment s’y prendre en tant que parents d’élève quand on n’est pas un spécialiste et que l’on manque de temps au quotidien ? D’autant plus que les manières de faire pour apprendre à lire à nos enfants évoluent de plus en plus rapidement. On peut même parler de réelles mutations concernant la place de l’écrit nichée maintenant directement dans nos écrans. Ainsi, les technologies du futur sont en train de modifier nos relations entre l’oral et l’écrit.
La frontière entre le décodage de la lecture et l’encodage de mots à l’écrit est de plus en plus ténue avec certains téléphones portables qui sont dorénavant en capacité de sonoriser de l’écrit comme le logiciel Siri sur l’Iphone.
Ainsi, le CNESCO et l’IFÉ sont là pour nous aider. Ces instituts français de recherche de haut-niveau s’intéressent aux questions de l’Éducation. A la fois sur les métiers de l’Éducation et sur les questions qui traversent l’École comme le redoublement ou l’apprentissage par nos enfants de la lecture. Cette conférence a duré 2 jours.
Le matériau ainsi entendu portant sur la lecture a donné lieu à des recommandations. Malheureusement, celles-ci sont nombreuses et pas toujours très clairement fléchées en direction des parents d’élèves. En effet, elles sont plus rangées par thèmes que par publics. Je vous indique donc ci-dessous les recommandations pour nos enfants :
  • Lire tous les jours dans sa tête et à haute-voix.
  • Lire sur des supports variés.
  • Expliquer la mécanique de la lecture : mots à connaître par cœur, d’autres à décoder.
  • Encourager son enfant à écrire des petits messages.
  • Enrichir le vocabulaire à chaque fois que possible.
  • Expliciter le fait que lire c’est accepter de faire le va-et-vient entre code écrit et sens.
  • Discuter avec son enfant de ce qui vient d’être lu.
  • Suivre les progrès de son enfant sans le comparer à un autre.
En conclusion, le secret de « l’apprendre à lire » est à chercher du côté de la continuité (s’entraîner à lire tous les jours) et de la personnalisation (accompagner l’enfant quand il se trompe sans le juger). Ses conditions d’apprendre au domicile sont également très importantes ainsi que ses rencontres avec des lieux de culture (musée, bibliothèque, médiathèque, archives départementales, etc.) tout au long de l’année.
Il faut dire à nos enfants que la lecture est une source de super-pouvoir qui permet à la fois de réussir à l’École ainsi que sa vie d’adulte en devenir. Cela leur permettra de prendre une part active dans ce monde qui nous entoure et de se construire en tant que citoyen.
Cette conférence de consensus constitue donc une passerelle entre le monde de la recherche, les univers des praticiens et le grand public échangeant autour de travaux de recherche afin d’aboutir à des conclusions fondées scientifiquement et de bon sens.
Bonne navigation entre les documents écrits mis à disposition et les vidéos proposées.

Pourquoi une conférence de consensus sur l’apprentissage continu de la lecture ?

Des acquis très fragiles à l’issue de l’école primaire
  • 39% des élèves sont en difficulté à la sortie de l’école primaire (Cedre, 2009).
  • À l’entrée en 6e, un élève sur cinq avait, en 2007, des difficultés liées à la connaissance de mots du langage courant, un élève sur trois avait des difficultés liées à la connaissance de mots rares (DEPP 2007 – réponses au test SPEC 6).
Des difficultés toujours présentes à la fin du collège
  • En 2012, 37% des élèves de 15 ans ne maîtrisent pas la compréhension de l’écrit à la fin du collège
  • En 2012, 19% des élèves de 15 ans étaient peu performants en compréhension de l’écrit, contre 15% en 2000 (PISA 2012). Entre 2000 et 2012, la part d’élèves en grande difficulté a augmenté de 4% en France alors qu’elle a diminué, en moyenne, de 2% dans les pays de l’OCDE.
  • La France est le pays de l’OCDE, après l’Israël, qui présente le plus grand écart entre les élèves les plus performants et les moins performants (PISA 2012).
  • L’écart de performances entre filles et garçon est tel qu’à 15 ans, il y a autant de différence entre les sexes qu’entre un élève de 3e et de 2nde (PISA 2012).
  • En 2009, à la fin du collège, 33% des élèves en éducation prioritaire avaient des difficultés en lecture (DEPP – Cedre 2009).
  • En 2012, les élèves des établissements les plus défavorisés ne maîtrisent que 35 % des compétences attendues en français en fin de 3e , contre 60% en 2007 (DEPP – Lolf). En parallèle, les élèves des établissements les plus favorisés maîtrisent au moins 80% des compétences requises.

Comment soutenir le développement de compétences en lecture _ – CNESCO – Mars 2016

Les compétences des élèves français en lecture-compréhension – CNESCO – Mars 2016

Les recommandations issues de la Conférence portant sur l’apprentissage de la lecture – CNESCO – Mars 2016

Screen Shot 2016-05-17 at 3.01.14 PM Screen Shot 2016-05-17 at 3.02.17 PM  Screen Shot 2016-05-17 at 3.02.31 PM

Nous vous conseillons également ces articles :