Sélectionner une page

L’apprenti lecteur et les correcteurs orthographiques

Les traitement de texte disposent désormais pratiquement tous d’une fonction de correction automatique d’orthographe, voire même de correction grammaticale, en cours de frappe. Ce qui est, avouons-le, souvent très pratique.

Pour autant, s’il rend services aux adultes que nous sommes, le correcteur orthographique peut poser un certain nombre de problèmes à l’apprenti lecteur/écrivain qu’est l’élève de CP.

Les problèmes peuvent être multiples :

  • L’orthographe des élèves de CP étant encore précaire, le risque est grand que tous les mots produits soient soulignés en rouge. Voilà qui, convenons-en, n’est guère encourageant pour continuer à produire de l’écrit.
  • Certains mots sont soulignés alors qu’ils ne contiennent pas de faute (c’est souvent le cas des noms propres pas exemple) d’autres, au contraires,ne sont pas soulignés alors qu’ils sont, dans le contexte, faux (c’est le cas des homonymes par exemple)
  • Enfin, lorsque l’enfant aura compris (et généralement cela ne lui prend pas très longtemps !…) qu’en faisant un clic droit sur le mot souligné, il obtient une liste de propositions parmi lesquelles il n’a qu’à choisir pour que son erreur soit (prétendument…) corrigée, cela posera un vrai problème. Car du coup, il n’est plus nécessaire pour lui d’avoir la moindre réflexion quant à l’orthographe correcte et à son implication sur le sens du texte.

Comme nous venons de le voir, le correcteur orthograpique peut être un problème pour l’utilisation du traitement de texte par un élève de CP. Les solutions pour déjouer ce problème peuvent être diverses :

Tout d’abord vous pouvez utiliser un traitement de texte basique (le bloc note dans Windows par exemple) ne proposant pas de fontion de correction orthographique.
Ou alors, si vous souhaitez utiliser votre traitement de texte habituel, sachez que vous pouvez désactiver cette fonction ponctuellement.
Il est également possible de conserver la fonction de correction orthographique à plusieurs conditions :
Tout d’abord ajoutant au dictionnaire interne à votre traitement de texte, tous les mots qu’il ne connait pas et que votre enfant pourrait être amené à utiliser (le plus souvent des noms propres)
Enfin, il est primordial de mener une réflexion avec l’enfant sur l’utilité et les limites du correcteur orthographique. Il faut que l’enfant comprenne que celui-ci ne doit pas être utilisé comme une fonction qui « fait à la place » mais comme un déclencheur de réflexion : Si un mot est souligné en rouge, vérifions avec l’apprenti lecteur parmi les propositions qui sont faites quelle est la bonne orthographe (par exemple dans un dictionnaire, dans un livre de conjugaison, dans l’album de l’histoire travaillée…). L’enjeu est, qu’à terme, l’enfant prenne l’habitude d’avoir une attitude critique et réfléchie sur l’orthographe.

Utilisé avec pertinence, le correcteur orthographique permet donc d’initier une réflexion qui permettra à l’enfant de trouver l’orthographe correcte tout en consolidant ses apprentissages.