Sélectionner une page

Et si la prévention des difficultés d’apprentissage de la lecture passait par les parents ? C’est l’hypothèse de deux chercheuses de l’université du Québec à Rimouski.

Les deux chercheuses ont lancé un « programme de stimulation parentale lié à la conscience phonologique et aux lettres de l’alphabet » auprès de 13 parents d’enfants de maternelle qui ont participé à 4 ateliers d’une heure sur un mois. L’école est située dans un secteur très défavorisé. Le premier portait sur des jeux de syllabes, comme reconnaître le nombre de syllabes du nom évoqué par une carte, le second sur des rimes, le troisième sur le premier son d’un mot, avec un jeu de devinette sonore, du genre choisir parmi 5 mots imagés celui qui commence par tel son, et le dernier portait sur les lettres de l’alphabet. « Les ateliers, d’une durée de 60 minutes chacun, se déroulaient le soir à la bibliothèque de l’école (…) Chaque atelier est composé d’une formation, d’échanges, de démonstrations et d’activités que les parents sont invités à expérimenter avec leur enfant. »

Selon les auteures de l’article, « les parents rapportent faire plus d’activités en lien avec la conscience phonologique auprès de leur enfant à la suite du programme. Leurs savoir-faire concernant l’animation d’un abécédaire se sont également améliorés tant en nombre qu’en qualité des interventions effectuées ». Leurs relations avec leur enfant en auraient également été améliorées. Il est trop tôt pour évaluer l’impact sur les apprentissages eux-mêmes.

Une étude très intéressante à télécharger à partir du site du RIRE  (18 pages au format .pdf) !

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le :

Nous vous conseillons également ces articles :